…Traces n°07

Print Friendly, PDF & Email

Edito

Marcel JAEGER, Directeur général de l’IRTS

2L’objectif de la formation dans un IRTS :

la professionnalisation
2

Trace n°7La mise en avant de « l’usager » au coeur des politiques sociales a relégué
au second plan un certain nombre de débats qui, tout en conservant leur
acuité, paraissent avoir moins d’actualité au vu des changements en cours.
Parmi ces débats qui ont un peu enfermé les professionnels sur leurs soucis
particuliers, nous retiendrons celui qui porte sur les liens entre formation
personnelle et formation professionnelle.

Aujourd’hui, la question semble moins être la connexion entre « savoir être »
et « savoir faire », mais plutôt dans un tout autre domaine : l’ajustement des
statuts et des fonctions. Pour le dire autrement, l’urgence n’est plus trop de
donner des garanties que les intervenants chargés d’accompagner des sujets
soient eux-mêmes assez clairs avec leur propre identité de sujets (le travail
sur soi comme condition du travail sur les autres). Ce préalable est censé
être réglé (à tort ou à raison) avec l’entrée dans le monde du social, sous
la forme d’une embauche ou d’une réussite aux épreuves d’admission en
institut de formation.

Dans tous les cas, ce qui importe est d’abord la capacité pour un « acteur
du social » ayant acquis un statut de professionnel de traduire dans son
action quotidienne l’effectivité des compétences attestées par un parcours
de formation et par une certification.
On comprend ainsi que l’acquisition de savoirs formels, académiques ne suffise pas. D’ailleurs, la mise en place de la validation des acquis de l’expérience (VAE) est là pour nous rappeler que les orientations en matière de formation des travailleurs sociaux ont pris une nouvelle tournure.

C’est ainsi qu’au-delà des contenus d’un programme de formation, d’emblée est interrogée la capacité des étudiants à intégrer les situations dans lesquelles ils se trouvent et à faire appel à des connaissances, un savoir-faire, des attitudes ajustées et pertinentes. La confrontation des étudiants aux jurys du diplôme d’Etat d’assistant de service social en juin 2007 a montré l’importance de deux aspects essentiels de la réforme des diplômes d’Etat : la priorité donnée aux questions de positionnement professionnel et la non compensation des notes données dans chacun des domaines de certification.

…Traces n°07 à télécharger