Parution : Internet et les nouvelles formes de socialité par Anne Petiau

Print Friendly, PDF & Email

Vient de paraître dans le n° 2/2011 de la revue Vie sociale un article d’Anne Petiau intitulé Internet et les nouvelles formes de socialité.

Internet et les nouvelles technologies de la communication font aujourd’hui pleinement partie des pratiques culturelles et de la sociabilité quotidienne des jeunes. Leurs pratiques et comportements en ligne portent des enjeux bien connus à ces âges de la vie, tels que l’entretien des relations amicales et l’affiliation à des univers culturels.

Mais se jouent aussi dans ces espaces des processus plus contemporains. Les blogs et les réseaux sociaux notamment révèlent des modalités de construction identitaire passant davantage par la mise en scène de soi et la publicisation des sentiments intérieurs.

Si ces usages sont aujourd’hui quasi-unanimement partagés, il n’en est pas de même des autres modalités d’utilisation. Les inégalités concernent aujourd’hui davantage les usages que l’accès aux nouvelles technologies.

En travail social, des expériences existent qui s’appuient sur ces outils largement appropriés par les jeunes, qui mobilisent leurs potentialités en termes d’expression, de communication et de création de liens.

Présentation du numéro 2/2011

Les (nouveaux) territoires du social – Comment faire société aujourd’hui

L’évolution sociale et politique a conduit notre pays à deux attitudes contradictoires.

La décentralisation et la nouvelle distribution des compétences a entraîné la création de services d’action sociale départementaux dont les rapports les uns avec les autres ne sont guère évidents, ce qui amène des disparités dont certaines sont assez fortes et à une parcellisation de l’action sociale, que ne parviennent plus à réguler suffisamment les services de l’État.

En même temps que se produit cet éclatement à travers nos divers territoires, on s’aperçoit que la politique sociale ne saurait se limiter à l’action sociale. Elle touche de nombreux autres secteurs : justice, jeunesse, éducation, environnement, immigration, travail, santé, loisirs, sans oublier les finances.

Si les territoires géographiques sont dispersés, les territoires de compétences auraient besoin de se rapprocher pour mener un politique claire, qui permette vraiment de lutter contre l’individualisme et faire société, car il n’y a pas de citoyenneté sans sentiment d’appartenance.

Pris entre ces deux éléments, saurons-nous les dépasser pour trouver une nouvelle harmonie sociale? Cette question est au cœur des réflexions issues du colloque, organisé en janvier 2011 à Aubervilliers, intitulé “Faire société autrement”.

C’est en travaillant sur nos différences mais aussi sur nos valeurs de base, telles que notre constitution les rappelle – liberté, égalité, fraternité, laïcité – ce qui fait de notre État un État social, que nous pouvons tisser ensemble les liens utiles et faire de chacun de nous un citoyen.

Ce numéro de Vie Sociale devrait nous aider à prendre toutes les dimensions de l’évolution d’une société qui a besoin de réfléchir sur elle-même et d’approfondir son mode de fonctionnement. [[Texte de présentation Vie sociale n°2/2011.]]

Vie sociale n°2/2011, Les (nouveaux) territoires du social – Comment faire société aujourd’hui, 2011.